Franc succès pour le TER à 1 euro en Languedoc-Roussillon


Des AGC ont été mis en ligne pour cette opération, photo Philippe-Enrico Attal

Des AGC ont été mis en ligne pour cette opération, photo Philippe-Enrico Attal

Promesse du candidat Georges Frêche lors des élections régionales, le TER à 1 euro, a été repris par son successeur à la tête du Languedoc-Roussillon Christian Bourquin. Jugée irréaliste, voire démagogique, la mesure a été autant saluée que décriée. Le 2 juillet dernier, la région et la SNCF sont passés à l’expérimentation pratique sur la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi. Parmi les objectifs visés, l’amélioration du pouvoir d’achat et l’égalité d’accès au transport public mais également la préservation de l’environnement avec la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Depuis mai 2010, les cars du réseau Hérault Transport pratiquent le même tarif unique à 1 euro (carnet de 10 billets vendus 10 euros) quelque soit le trajet. Son application aux trains régionaux est plus ambitieuse puisqu’elle vise à terme à ramener à 1 euro tous les trajets effectués sur l’ensemble des lignes du Languedoc-Roussillon. Avant cette généralisation, une phase d’expérimentation étalée sur 2 ans est prévue permettant de déterminer la faisabilité et les conditions de mise en oeuvre de la mesure. C’est donc le 2 juillet dernier qu’est entré en vigueur le nouveau tarif, tous les billets achetés dans une des gares de la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi à destination d’une autre station de cette même ligne ne coûtant plus qu’un euro à l’usager. Toutefois, cette réduction ne s’appliquait qu’aux billets vendus sur place, un trajet Nîmes-Aigues-Mortes par exemple, coûtant 1 euro s’il était acheté à Nîmes, mais 7,50 € au guichet de la gare de Béziers. Cette petite nuance n’empêchera pas la mesure de rencontrer un grand succès. Sur la période du 2 juillet au 28 août, la ligne a enregistré autant de voyageurs que durant toute l’année précédente. Ainsi, ils étaient plus de 100 000 à avoir profité de l’offre durant les 2 mois d’expérimentation. Tout au long de cette période, la fréquentation n’a d’ailleurs cessé d’augmenter de façon régulière. Comparé à l’année de référence 2009, le taux de remplissage des trains se situait à + 143% au 16 juillet pour atteindre déjà + 146 % au 31 juillet. La moyenne est passée de 1852 voyageurs par jour en juillet à 1911 en août. Les records ont été enregistrés le 30 juillet avec 3132 voyageurs et le 11 août avec 4042 voyageurs. La particularité de cette ligne un temps menacée de fermeture est d’être exploitée par route et par rail. En semaine, 9 rotations aller (pour 10 retour) ont été assurées entre Nîmes et Le-Grau-du-Roi dont 5 par autocar. Pour faire face à l’affluence annoncée, la SNCF a engagé du matériel capacitaire de dernière génération. Ainsi, des AGC de 4 voitures pouvant transporter 220 voyageurs ont assuré la desserte estivale. Pour la route, ce sont des autocars de 55 places qui ont été mis en service. Les 100 000 voyageurs n’ont pas été sans susciter quelques aménagements pour une ligne peu habituée à une telle fréquentation. Premier secteur concerné, la sécurité en réponse aux craintes exprimées par les résidents et commerçants de la paisible station balnéaire du Grau-du-Roi inquiets à l’idée de voir déferler sur leur rivage les populations des quartiers défavorisés de Nîmes. Ainsi la présence policière assurée par la SUGE, la police ferroviaire a été importante durant la période estivale et les violences redoutées n’ont pas eu lieu. Une plaisanterie courait même disant que, durant l’été l’endroit le plus sûr de toute la région était les trains pour Le-Grau-du-Roi. Du côté des agents SNCF également tout a été mis en oeuvre pour gérer cette affluence exceptionnelle.

Le pont mobile d'Aigues-Mortes sur la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi, photo Philippe-Enrico Attal

Le pont mobile d'Aigues-Mortes sur la ligne Nîmes-Le-Grau-du-Roi, photo Philippe-Enrico Attal

A l’heure du bilan, il apparaît que 80 % des voyageurs de la ligne ont utilisé des billets à 1 euro. Pour apprécier au mieux les résultats de cette expérimentation, la région a commandé une enquête à l’institut BVA réalisée auprès de 3443 usagers entre le 18 et le 24 juillet. Il en ressort que la mesure est à l’origine de 64 % des trajets enregistrés avec pour 29 % d’entre eux un report modal du véhicule personnel vers le transport public. Logiquement les chiffres des indices de satisfaction font un bon avec 92 % de satisfaits, 95 % estimant on le comprend que la mesure est d’un bon rapport qualité-prix. Pareillement, 96 % des usagers se disent prêts à réutiliser le TER pour un prochain voyage. L’enquête apporte également des éléments concernant l’origine des voyageurs en cette période estivale. Ainsi, ils étaient à hauteur de 53 % résidents de la région, en progression de 18 % par rapport à 2010 (52 % pour les seuls habitants du Gard). Les premiers bénéficiaires sont bien les habitants du Languedoc-Roussillon, légitimant ainsi l’extension de la mesure à d’autres lignes. Le succès de l’opération auprès de la population locale a d’ailleurs conduit à son maintien au delà de la période estivale, le TER à 1 euro continuant à s’appliquer aux horaires d’hiver le 29 août. Reste que cette mesure a porté sur des destinations vers la mer forcément plus attractives que les lignes de l’arrière pays cévenol ou bitterois.

Le TER à 1 euro, photo Philippe-Enrico Attal

Le TER à 1 euro, photo Philippe-Enrico Attal

Pour autant, les résultats concluants de cette expérience vont permettre de passer aux phases suivantes. Dès le mois de décembre 2011, la mesure est entrée en application sur la ligne de Perpignan à Villefranche-de-Conflent. Ensuite, il est prévu qu’elle s’applique à la liaison Carcassonne-Quillan au printemps 2012. L’été prochain, c’est la ligne de Lozère Langogne-Mende-Marvejol qui sera concernée suivie en décembre 2012 de la liaison Béziers-Bédarieux. Mais c’est vraiment en 2013 que les choses sérieuses devraient commencer en s’attaquant à l’arc méditerranéen, une liaison à fort trafic constituant la pierre angulaire du réseau. Si les résultats des différentes expérimentations sont concluants, l’ensemble des lignes TER du Languedoc-Roussillon se verra appliquer le tarif unique à 1 euro dans le courant de l’année 2013. Autant dire que la mesure qui est suivie de près tant par la SNCF que les autres régions pourrait faire des émules.

Publié dans Rail Passion N°173 en mars 2012


Philippe-Enrico ATTAL

Pas encore de commentaire, commentez ou donnez-nous un lien !

Répondre à “Franc succès pour le TER à 1 euro en Languedoc-Roussillon”

(Spamcheck Enabled)


Warning: Unknown(): open(/mnt/159/sdb/c/a/transports.urbains/sessions/sess_27a7ffd49adba77c8bf9154337c67d91, O_RDWR) failed: No such file or directory (2) in Unknown on line 0

Warning: Unknown(): Failed to write session data (files). Please verify that the current setting of session.save_path is correct (/mnt/159/sdb/c/a/transports.urbains/sessions) in Unknown on line 0